Est-ce que la Coupe du monde de football FIFA peut être associée à une augmentation des violences domestiques ?

 

 

 

 

 

 

Posté le 26 juillet 2018

 


Est-ce que la Coupe du monde de football FIFA

peut être associée à une

augmentation des violences domestiques ?

Can the FIFA World Cup Football (Soccer) Tournament Be Associated with an Increase in Domestic Abuse? – 2013


Cette étude est disponible ici en anglais.

Si vous voyez des erreurs – corrections – complément-s à apporter faites signe !

Les liens en bleu sont cliquables et envoient vers des lectures complémentaires.

Attention cet article parle des sujets suivants : violences domestiques / agression genrée 


 

Vous avez peut être entendu parler pendant la coupe du monde de la campagne menée par l’Angleterre sur les violences conjugales.

Un visage ensanglanté, la croix de sang = le drapeau de l'Angleterre

‘If England gets beaten, so will she’ (« si l’Angleterre se fait battre, elle aussi »)

 

Historiquement, le football – soccer (avec des joueurs hommes, cis) a toujours été associé avec de la violence, d’autant plus lorsque les joueurs s’affrontent dans une compétition intense. Les supporters (majoritairement hommes, hétéros, cis) portent les couleurs de leur équipe, que cela soit dans le stade, ou en dehors.

A l’Euro 2016, quelques 300 russes vêtus de noir et portant des armes martiales et des équipements anti-émeute ont provoqué des violences à l’encontre de supporters Anglais, dont une vingtaine a été hospitalisée.

Des études (comme ici : Dunning, E., Murphy, P., & Williams, J. (1986). Spectator Violence at Football Matches: Towards a Sociological Explanation. The British Journal of Sociology, 37(2), 221-244. doi:10.2307/590355) traitent spécifiquement des violences engendrées par les matchs de sport, de football en l’occurrence.

Une étude en Angleterre pendant la coupe du monde de 2010 a montré une augmentation de 37.5% des admissions aux urgences les jours de match de l’équipe nationale.

En examinant les chiffres des violences domestiques dans le Lancashire (Nord de l’Angleterre, approximativement 1.5 million de personnes) en 2002, 2006 et 2010 (des dates de coupes de monde) on peut observer une augmentation de 26% de plaintes lorsque l’équipe nationale a gagné et / ou fait match nul, et une augmentation de 38 % lorsqu’elle a perdu. Les plaintes sont également plus fréquentes pendant les weekends, et ont atteint leur plus fort taux lorsque l’Angleterre s’est faite éliminer du tournoi.

Les recherches sur les violences domestiques ont montré que les causes étaient à la fois individuelles et sociales.

Dans les causes individuelles, il s’agit d’individus agresseurs devenant violents par manque d’aptitude à gérer la colère ou la frustration, et/ou à cause d’une consommation de drogues, d’alcool, et/ou parce qu’ils ont observé ce comportement chez d’autres personnes.

Les explications sociales se centrent plus sur des facteurs culturels plus larges, comme l’inégalité entre hommes et femmes.

Une coupe du monde induit des facteurs de stress émotionnel et physique, qui sont la combinaison « parfaite » pour déclencher des violences domestiques chez l’agresseur.

La recherche a montré que regarder du sport avec intensité était un passe-temps qui faisait augmenter les taux de testostérone dans le corps humain. D’autres recherches ont montré que des hauts taux de testostérone pouvaient être liés à des comportements agressifs (cela n’excuse en rien les agresseurs, ils peuvent se maîtriser).

Les supporters, hooligans, internalisent les résultats de LEUR équipe comme les leurs.  Un mois entier de compétition est une excuse pour regarder des matchs à la télévision (ou en stade), et donc rentrer dans le jeu de manière intense. Le marketing autour des tournois fait que de la vente (et donc la consommation) d’alcool est augmentée. L’alcool est un facteur qui augmente en lui-même les violences domestiques. On peut rajouter à cela que les matchs (les matchs les plus suivis, les finales) ont souvent eu lieu le weekend, et dans les périodes les plus chaudes de l’année. Des recherches ont montré que la chaleur augmente les violences.

Pour résumer :

Les violences domestiques, féminicides, se passent tous les jours.

    • quand il fait chaud > augmentation des violences
    • quand il y a de l’alcool > augmentation des violences
    • quand il y a un weekend > augmentation des violences
    • quand il y a match > augmentation des violences
    • quand l’équipe perd > augmentation des violences

 

Ce n’est donc pas une question que de football-soccer : des recherches montrent des résultats similaires pour le football américain (augmentation de 10% des violences contre les conjointes en cas de défaite de son équipe).

Une autre étude montre que les couples ont plus de chances de se disputer si la télévision diffuse un sport quelconque.

Beaucoup de personnes ont remis en cause ces chiffres, en parlant d’une seule étude, en Angleterre qui plus est. Nous avons vu qu’il n’en est rien, d’une unique étude, dans un seul lieu. De plus, les témoignages qui sont ressortis juste après la finale de la Coupe du Monde 2018 démontrent par eux-mêmes que la violence n’a pas de frontière imaginaire entre les différents pays de même culture.

Des initiatives comme #BienvenueChezMoi ont émergé sur les réseaux sociaux, les associations se démènent… que pouvons-nous faire ? déjà en être conscient-es. Le savoir, faire partager à nos proches, offrir de l’aide et un refuge aux personnes dont les conjoints sont à risque… 

Des dizaines de témoignages d’agressions genrées / sexuelles explosent après la finale chez Buzzfeed

 

 

 


Infos complémentaires

Les auteur-es 

Stuart Kirby est spécialisé dans les études autour de la criminalité et sa réduction à l’université de Lancaster en Angleterre. Il a notamment fait sa thèse de doctorat sur les agresseurs sexuels pédophiles. Il est également une référence en matière d’études autour des drogues.

Brian Francis qui est le statisticien de la bande, particulièrement spécialisé dans les agressions genrées, la criminologie.

Rosalie O’flaherty (je n’ai pas trouvé d’infos, si quelqu’un-e a des liens)

 

Kirby, S., Francis, B. ‘If England gets beaten, so will she’ – the link between World Cup and violence explained 

0 Comments

Laissez un commentaire

Réseaux sociaux

Facebook par Weblizar Powered By Weblizar

Commentaires récents

    A propos

    Gynomètre est un site auto-géré n’appartenant pas à une association ou un groupe particulier.

    Tout commentaire insultant / haineux / discriminant sera supprimé

    Nous essayons de partager avec vous des lectures qui peuvent faire avancer ou étayer votre déconstruction.

    Vous pouvez signaler toute erreur et correction à apporter, nous aussi nous sommes des êtres humains faillibles.

    Vous pouvez également participer et apporter vos lectures de concernées autour des thèmes que vous voulez.

    Contactez-nous sur les réseaux sociaux !